E-lettre Api - Agroalimentaire : Quintin viandes investit dans une seconde ligne d'abattage

L’abattoir Quintin viandes a mis en service le 15 décembre 2014 une seconde ligne d’abattage.

Montant de l’investissement pour l’entreprise familiale indépendante ? 400 k€, incluant le matériel et l’extension de 144 m2. Cette ligne sera essentiellement dédiée à l’abattage de porcs. « Ce nouvel outil est plus adapté à notre activité actuelle et nous a permis de réorganiser la production et, de fait, d’améliorer les conditions de travail », indique Pascale Poiron, responsable administrative de Quintin viandes. En 2012, la PME avait déjà investi 500 k€ dans la rénovation de son outil frigorifique.

Un abattoir multi-espèces

L’abattoir privé assure l'abattage des bovins, veaux, porcins et ovins, essentiellement en prestations de services. Il dispose d’une salle de découpe. « La demande sur le porc a augmenté ces dernières années. Nous sommes passés de 246 tonnes en 2010 à 451 tonnes en 2013. En 2014, nous avons abattu 856 tonnes de porcs », détaille Pascale Poiron, mentionnant l’impact de la fermeture d’un autre abattoir. L’augmentation de la demande est aussi liée au développement de la vente directe notamment de porcs chez les éleveurs. « Notre capacité nous permet de gérer les demandes spécifiques en termes d’abattage. »

Des recrutements

Quintin viandes a atteint un tonnage de 1 660 tonnes en 2014, contre 1 100 en 2013. Abattoir de proximité, la PME réalise 56 % de son activité avec les bouchers et 37 % auprès des éleveurs. « Les 7 % restants sont des animaux que nous abattons et revendons pour notre propre compte. » Dirigée par Henri Thébault, Quintin viandes a réalisé un chiffre d’affaires d’1,8 M€ en 2014, contre 1,5 M€ en 2013. La PME emploie 17 personnes, soit 11 personnes en ETP. Trois recrutements ont été menés en 2014. Deux embauches ont été concrétisées depuis le début de l’année et l’entreprise cherche à recruter un nouveau chauffeur-livreur.