Apprenti à l'abattoir de Quintin, Marius a eu son CAP boucher.

  • Apprenti à l''abattoir de Quintin, Marius a eu son CAP boucher. 0

Article Ouest-France - lundi 30 juillet 2018

À 17 ans, Marius Bourneuf va décrocher son premier CDI. Ceux qui l'ont pris en apprentissage, il y a deux ans, se félicitent d'avoir cru en lui. 


Les gens d'ici


« Mince, Marius n'est pas là ! » Petite phrase anodine en apparence, mais elle illustre parfaitement le rôle pris par l'apprenti dans l'atelier de découpe de l'abattoir, à Quintin. 


Au bout de deux ans de formation en alternance, avec le Centre de formation d'apprentis (CFA) de Ploufragan, Marius Bourgneuf, le jeune de Saint-Nicolas-du-Pélem, maîtrise suffisamment l'art de préparer les morceaux de viande pour être quasiment indispensable. Et c'est bien pour cela qu'Henri et Pascale Thébault, les dirigeants de l'entreprise La Viande d'Henri, comptent bien embaucher en CDI, dès le 1er août, leur récent diplômé du CAP boucherie, avec près de 15 de moyenne. 


De la carcasse au rôti 


« Quand j'ai dit que j'allais entrer en apprentissage à l'abattoir de Quintin, on a essayé de me décourager en me disant que ce n'était que du travail grossier, à la chaîne »,se souvient Marius. 


« Mon mari a repris l'abattoir en 2001 et on nous avait déjà refusé à deux reprises le droit de prendre un apprenti, en argumentant qu'il n'y avait rien à apprendre chez nous », enchérit Pascale Thébaut avant de préciser : « Pour un mineur comme Marius, pas question d'équarrissage bien sûr, mais comme nous travaillons avec les éleveurs qui font de la vente directe, nous avons un atelier de découpe dans lequel il a pu apprendre le métier. »


Pour l'épreuve pratique du CAP boucherie, il s'est retrouvé en terrain de connaissance : « Une épaule d'agneau à désosser et à ficeler, une longe de porc à désosser, un carré de côte de boeuf à détalonner, un aloyau de boeuf à préparer à la vente », liste le jeune homme avant que Pascale Thébault synthétise ses aptitudes : « Toujours à l'heure au boulot, à 7 h du matin, pendant deux ans. Il intervient de la carcasse au rôti. »


Au moment où il va signer son premier contrat à durée indéterminée, un autre apprenti va commencer sa formation dans l'atelier de la rue de la Madeleine, à Quintin. Quant à Marius, il est déjà prévu qu'il investisse le futur site de découpe, extension de l'entreprise oblige, qui devrait ouvrir en septembre 2019, à la Ville-Neuve, à Saint-Brandan. Il aura alors un peu plus de 18 ans et commencera déjà sa deuxième année de CDI à temps plein.


Pour retrouver l'article sur le site de Ouest France cliquez ici